Logo GGRE
Actualités
archivées
du GGRE

Actualités archivées du GGRE

Sommaire des actualités archivées du GGRE

Article édité en Mars 2021

L’écriture des enfants a-t-elle été impactée par le confinement ? Les graphothérapeutes sonnent l’alerte.

Il y a tout juste un an, la France a été confinée entre les mois de mars et mai afin de tenter d’endiguer la pandémie de COVID-19. Cette mesure inédite s’est accompagnée de la fermeture des établissements scolaires. C’est donc à l’intérieur des domiciles que les élèves et les étudiants ont poursuivi tant bien que mal leurs apprentissages et leurs études.

Entre isolement et fracture numérique, les conséquences sur les élèves et les étudiants ont été nombreuses et variées, souvent liées au milieu social et aux conditions de vie des familles. Il en est une à laquelle nous, graphothérapeutes, sommes particulièrement sensibles : les difficultés d’écriture. En effet, nous recevons désormais en rééducation un certain nombre de jeunes enfants d’âge primaire dont l’apprentissage écrit a été contrarié par l’absence d’école. Ces difficultés sont particulièrement présentes chez les enfants qui sont actuellement en CE1.

En mars 2020, les enfants scolarisés en primaire ont été renvoyés chez eux et la poursuite de leur scolarité remise aux bons soins de leurs parents, souvent eux-mêmes en télétravail, avec l’aide réelle mais à distance de leurs enseignants. Chacun, parent ou enseignant, a fait du mieux qu’il a pu avec les moyens du bord.




En mars 2020, les enfants scolarisés en primaire ont été renvoyés chez eux et la poursuite de leur scolarité remise aux bons soins de leurs parents, souvent eux-mêmes en télétravail, avec l’aide réelle mais à distance de leurs enseignants. Chacun, parent ou enseignant, a fait du mieux qu’il a pu avec les moyens du bord.

Pour les enfants de CP, l’apprentissage de la lecture, entamé quelques mois plus tôt, s’est poursuivi à la maison avec l’aide des parents… mais celui de l’écriture exige d’autres compétences : il faut savoir tenir correctement son crayon, bien placer la main, réaliser les lettres dans le bon sens, apprendre à les lier entre elles… Apprendre à écrire est long et difficile et requiert de l’attention, de la précision, des démonstrations, de l’entraînement, de la régularité et de l’autonomie. Stoppés dans leur apprentissage de l’écriture, certains enfants se sont trouvés en décalage avec les exercices habituellement demandés à cette période de l’année. Les quelques jours de retour à l’école au mois de juin ne leur ont pas suffi pour rattraper leurs éventuels retards.

Après les vacances d’été, ces mêmes enfants sont entrés en CE1 avec des niveaux extrêmement disparates. Certains d’entre eux avaient progressé sur leur lancée tandis que d’autres avaient accumulé presque six mois de retard, et parfois même régressé. Ce retard est particulièrement sensible en ce qui concerne l’écriture. Pourtant, les programmes scolaires n’ont pas été allégés en CE1 et ils ne tiennent aucunement compte des lacunes de certains élèves liées à l’absence d’école. Là encore, les enseignants font ce qu’ils peuvent pour tenter d’assurer le programme officiel sans laisser d’enfants sur le côté.

Ecrire est un acte complexe. Les enfants de CE1 dont l’écriture n’aura pas acquis le niveau nécessaire risquent d’être pénalisés dans les années qui viennent où on leur demandera plus d’aisance et de rapidité. Il est important de les soutenir et de les accompagner pour leur éviter un décalage trop important au regard des attentes scolaires, car les mois confinés risquent de peser plus lourd que prévu sur leur scolarité.




Article édité en Avril 2021

L’importance de l'écriture manuscrite chez l’enfant une nouvelle fois démontrée dans une étude*.

« Les mouvements induits par l’écriture manuscrite, à la fois délicats et soigneusement contrôlés, contribuent à activer les zones du cerveau liées à l#apprentissage», ont écrit les auteurs. "Aucune preuve de tels schémas d'activation n'a été constatée lors de l'utilisation d'un clavier."

Alors que les temps d’écrans n’ont cessé d'augmenter depuis les 10 dernières années, que les programmes scolaires se digitalisent et que les compétences technologiques sont cruciales pour intégrer le marché de l’emploi, la neuroscientifique Audrye van der Meer rappelle qu’un environnement d'apprentissage optimal doit inclure les deux disciplines : - L’écriture manuscrite pour le #developpementcognitif et le savoir-être (altruisme, esprit critique, travail en collectif, etc.) grâce à l'activation de différentes zones cérébrales lors du geste graphique - L’écriture à l’ordinateur pour favoriser l’apprentissage technologique * ”The Importance of Cursive Handwriting Over Typewriting for Learning in the Classroom”, Université des sciences et des technologies, Trondheim, Norvège




Article édité en Février 2021

La dyspraxie (trouble développemental de la coordination) touche en moyenne 1 enfant par classe.


Comme nous l'explique cette vidéo de l'Inserm,
ce trouble peut inclure certaines formes de dysgraphie
(trouble de l'écriture)
et se diagnostique à partir de 5 ans.




Article édité en Janvier 2021

Votre enfant ne fait pas exprès d'écrire "mal".

L'écriture est une compétence transversale. Ecrire est à la fois un geste, un langage et un acte, qui engage l'enfant tout entier. Dès son plus jeune âge, elle concourt à son développement et à sa socialisation.

Le rôle du graphothérapeute est de l'aider à adopter une écriture qui lui permette :
• De représenter sa pensée et de s'exprimer
• De communiquer
• De laisser une trace de lui-même
• De participer à une culture collective, donc de s'intégrer à un groupe

Nous sommes à votre écoute pour toute question concernant la mise en place d'une graphothérapie.




Article édité en Décembre 2020

Plusieurs études ont démontré l’importance d’apprendre l’écriture manuscrite et ses effets bénéfiques :


Le cerveau apprend et retient mieux les informations lorsqu'on écrit à la main de façon cursive (étude de l'Université des sciences et technologies de Norvège).

- L'écriture manuscrite active des zones de cerveau qui jouent un rôle important dans le fonctionnement de la mémoire et l’intégration de nouvelles informations

- Ecrire à la main provoque des interconnexions cérébrales qui favorisent le développement d’activités linguistiques plus complexes (connaissance des règles orthographiques, rédaction de textes complets, etc.) Plus d'informations dans cet article de Groupe PSYCHOLOGIES #écriture #graphothérapie




Retour vers les actualités du GGRE