Logo GGRE
La graphothérapie

Qu’est-ce que la graphothérapie ?

La graphothérapie est un soin apporté à une écriture déficiente et insatisfaisante pour son scripteur.
« La graphothérapie (ou « rééducation de l’écriture ») s’applique à l’écriture perturbée mais peut aussi, en pédagogie normale, favoriser son aménagement. » Robert Olivaux.

Ses objectifs

Grâce à une relation d’aide individuelle, les objectifs de la graphothérapie sont de :

restaurer les fonctions graphiques perturbées en soutenant la récupération de la lisibilité et de la vitesse (l’écriture redevient ainsi un instrument de communication aisé et efficace dans son utilisation);

permettre à l’écriture de se libérer en trouvant son expression personnelle.

Ses techniques

Selon la méthode de Robert Olivaux, enrichie des travaux du professeur Julian de Ajuriaguerra et d’Hélène de Gobineau, le graphothérapeute s'appuie sur :

la relaxation du geste graphique;

les exercices de motricité fine;

les exercices liés au graphisme.

Consulter l’annuaire des graphothérapeutes

Qu’est-ce que qu'un bilan graphomoteur ?

Le bilan graphomoteur est un bilan du potentiel et des difficultés de l’enfant, de l’adolescent et de l’adulte face à l’écriture.

Il comporte :
un entretien approfondi;
un examen de l’écriture
(test ADE et test de vitesse GGRE);
une observation de la tenue de l’instrument,
des postures et du déroulement du geste graphique.

A l’issue de ce bilan, le graphothérapeute va pouvoir :
identifier la nature du ou des problèmes;
orienter éventuellement le sujet vers un autre spécialiste (médecin, psychologue, neuropsychologue, ergothérapeute, orthophoniste, orthoptiste, psychomotricien, etc.) pour des examens complémentaires;
proposer un plan de rééducation personnalisé.

Quand effectuer un bilan graphomoteur ?

Parents, si l’un des symptômes suivants apparait :
l’écriture de votre enfant est illisible, lente,
fatigante, maladroite;
son cahier manque d’ordre et de netteté;
il souffre quand il écrit.
Adultes, si vous remarquez l’un des symptômes suivants :
vous éprouvez certaines des difficultés
décrites ci-contre;
des douleurs apparaissent quand vous écrivez;
votre écriture manuscrite ne correspond pas
à ce que vous en attendez
sur le plan personnel et/ou professionnel.

Questions les plus couramment posées

Que faut-il apporter lors du bilan graphomoteur ?

  • Les cahiers des années antérieures et ceux de l’année en cours.
  • Les éventuels comptes-rendus de bilans établis (tests psychométriques de Wechsler, bilans orthophoniques, psychomoteurs, psychologiques, neuropsychologiques, etc.)
  • La trousse habituelle.
  • Chaque cas étant particulier, le nombre de séances est variable, en fonction du ou des problèmes décelés et de la motivation du scripteur.
  • Une séance dure environ 45 minutes. Sauf cas particulier, les séances sont hebdomadaires.
  • La Sécurité sociale ne prend pas en charge les séances de graphothérapie. Certaines mutuelles acceptent une prise en charge totale ou partielle sous forme de forfait. Se renseigner auprès de sa mutuelle.
  • Dans le cas d’ouverture des droits à la MDPH, la rééducation en graphothérapie peut être incluse dans l’enveloppe attribuée.

Qu’est-ce qu’une dysgraphie ?

« La dysgraphie est une incapacité significative à produire à un âge donné une écriture à la fois efficace (lisible et rapide) et satisfaisante pour le scripteur. » Approche Dynamique de l’Ecriture, Adeline Gavazzi-Eloy.

×

Les signes les plus courants peuvent être :
un ensemble irrégulier, mal présenté et peu soigné, avec des erreurs de formes et de proportions;
une atteinte de la continuité de l’écriture qui présente de nombreux « accidents » (lettres qui s’entrechoquent, geste saccadé, retouches);
un geste d’écriture fatigant, source de tension, d’efforts excessifs et douloureux une lenteur extrême.

Les causes peuvent être en lien avec :
une tenue inadéquate de l’instrument graphique ou une mauvaise position de l’ensemble du corps;
un trouble auditif, visuel ou moteur;
un manque de maturité au moment de l’apprentissage (schéma corporel mal intégré, latéralité pas encore établie);
un haut potentiel intellectuel;
des troubles associés : trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité, dyslexie, dysorthographie, dysphasie, dyspraxie, etc.